Thierry Le Youdec, Sculpteur philosophe, de l’âme et de la nature

Professeur de philosophie pendant 11 ans, ébloui par la beauté, la nature et la  compréhension du monde, Thierry Le Youdec, breton d’origine, fait un jour une rencontre déterminante avec Gérard Auliac, sculpteur rencontré dans la grotte du Château de Montfort, en Dordogne…Une révélation qui l’amène à changer de vie de façon radicale ! Place au travail des mains désormais pour appréhender le réel à travers la forme…Finie la dissociation entre l’intellect et les mains, autodidacte, Thierry Le Youdec devient sculpteur et vient s’installer ensuite avec son épouse dans le Morbihan sur la Presqu’Ile de Rhuys, terre inspirante où s’installent de nombreux artistes !

Pour ce sculpteur révélé, la sculpture, « c’est l’art de la recherche de la forme . Le sculpteur  parle avec ses mains pour donner naissance à des créations qui rencontrent les autres dans une expression naturelle. Avec Thierry Le Youdec, on apprend le rôle de la présence de l’objet qui est bien autre chose qu’une simple décoration. A travers ses œuvres, il veut transcender le convenu, le superficiel et les différentes modes artistiques tout en cherchant plus d’incarnation dans un monde où nous sommes désincarnés. Le cœur et la raison sont réconciliés ! 

A l’heure où les lieux culturels sont toujours fermés, l’artiste a besoin de faire passer son message ! Oui l’art est essentiel ! « L’amour de l’art est un art de vivre ! ».  

Sophie Nouaille  

Pour ceux qui ont envie de soutenir la réalisation de ces podcasts, ils peuvent le faire via ma cagnotte tipeee https://fr.tipeee.com/podcast-ouvrons-la-fenetre

Charlotte Savreux – Et si 2021 était l’année du déclic ?

Et si 2021 était notre année du déclic ? Pari fou, non ! Pourquoi ne pas saisir l’opportunité que la vie nous présente pour avancer et rebondir peut-être autrement ? Pour parler de ce sujet, un peu décalé avec l’époque que nous vivons, je vous propose d’écouter Charlotte Savreux que je reçois aujourd’hui ! 

Journaliste, présentatrice, animatrice et écrivain, Charlotte Savreux a collaboré à de nombreux formats TV (magazine, news, série documentaire ), sur  différentes chaînes de France Télévisions. Elle anime également des conventions, débats, tables rondes sur des sujets de société pour de grandes entreprises ou dans le cadre d’événements institutionnels. Elle est l’auteur du célèbre livre  « L’année du déclic – Et si c’était le vôtre ? » paru aux éditions Balland (version originale) et en version poche chez Leduc

L’enthousiasme et l’énergie de Charlotte sont communicatifs ! Ce podcast ne vous laissera pas indifférents et j’espère qu’il vous apportera lumière et courage dont nous avons bien besoin en ce moment ! Comme affirme Charlotte Savreux, « nous avons tous une raison d’être dans cette existence » ! C’est peut-être le moment de nous donner les moyens de nous dépasser et de réaliser nos projets, en tout cas de prendre le temps de bien y penser ! Bonne écoute ! 

Sophie Nouaille

L’abbaye de saint-Martin du Bourg, le projet fou d’Arnaud Bachelin

Magali Latry, avocat, de la loi à l'humain Ouvrons la fenêtre

  1. Magali Latry, avocat, de la loi à l'humain
  2. Dr Philippe Rodet, la bienveillance nous sauvera !

Marchand de thé, fondateur de la Maison de thé, Thé-ritoires à Paris, 5 rue de Condé, Arnaud Bachelin, archéologue de formation, passionné de patrimoine et de botanique, fidèle à sa région d’origine, a fait l’acquisition, il y quelques années, d’une ancienne abbaye du 12e siècle à Avallon, dans l’Yonne. 

Ce bijoux de l’art roman bourguignon, en partie préservé, qu’est Saint Martin du bourg, a permis à Arnaud de remporter le prix du jeune repreneur de monument historique sous l’égide de la Fondation pour les Monuments Historiques grâce au mécénat de Patrice Besse et de Dominique de la Fouchardière. Il faut dire qu’il se donne corps et âme pour ce monument, afin qu’il retrouve une destinée contemporaine ! Les projets ne manquent pas. La priorité pour l’instant est de venir à bout de la restauration de l’Abbaye. Arnaud Bachelin nous dit tout au micro de Ouvrons la fenêtre !

Sophie Nouaille 

Pour en savoir plus et pourquoi pas soutenir Arnaud Bachelin, suivez le projet de l’abbaye de saint Martin du Bourg sur le site internet dédié https://www.saintmartindubourg.com/ et sur son compte instagram https://www.instagram.com/abbayesaintmartindubourg/
Et pour m’aider dans la réalisation de ces podcasts, vous pouvez contribuer par financement participatif sur ma page tipeehttps://www.saintmartindubourg.com/?lang=fr

Photos ©Abbayesaint-Martin du Bourg

Fleur Nabert, sculpteur de la lumière !

  1. Magali Latry, avocat, de la loi à l'humain
  2. Dr Philippe Rodet, la bienveillance nous sauvera !

On dit d’elle qu’elle sculpte la lumière ! Travailler la matière pour faire advenir la lumière, telle est effectivement la motivation de Fleur Nabert, artiste renommée,  sculpteur et créatrice prodige. La création est un besoin vital pour Fleur, autant que  l’acte de respirer. Rien ne l’arrête ou presque depuis son adolescence, des sculptures monumentales qui viendront prendre place dans des basiliques ou même bientôt à saint Louis des Français à Rome, au plus petit bijoux d’une telle délicatesse ! La liberté créatrice est salvatrice ! L’acte créateur, qu’expérimente Fleur Nabert, est un don, quelle que soit la circonstance ou la contrainte dans lesquelles il est réalisé. Il prend sa source dans la contemplation et se redonne à nos âmes par notre regard. L’artiste, touchée par la grâce, nous incite à nous élever vers le beau et le bien et à quelques jours de Noël, c’est une invitation à nous laisser conduire vers la petite flamme qui brille dans la nuit, avec Fleur Nabert au micro de Ouvrons la Fenêtre, cette semaine. Bonne écoute et beau partage autour de vous ! 

Sophie Nouaille  

Pour découvrir le travail et les œuvres de Fleur Nabert : http://fleurnabert.com/ 
Ses dernières lignes de bijoux uniques (une belle idée cadeau pour Noël, unique) :  https://fleurnabertcreations.com/
Merci de votre soutien pour ce podcast : vos dons sont les bienvenues sur https://fr.tipeee.com/podcast-ouvrons-la-fenetre

Nordine Labiadh, la cuisine libérée d’un chef !

Magali Latry, avocat, de la loi à l'humain Ouvrons la fenêtre

  1. Magali Latry, avocat, de la loi à l'humain
  2. Dr Philippe Rodet, la bienveillance nous sauvera !
  3. Passion chocolat avec Laurence Alemanno
Nordine Labiadh

Avec ce 2e confinement, je tenais à ouvrir la fenêtre sur un restaurateur, partie de ces professions très impactées économiquement. Je me suis arrêtée à mi-chemin de la rue Boulard, dans le 14e arrondissement de Paris, chez Nordine Labiadh, le Chef du restaurant qui s’appelle à juste titre « À Mi-Chemin ». Nordine et son épouse Virginie en ont fait un lieu convivial et chaleureux, emblématique du quartier, autour d’une cuisine succulente, mêlant les saveurs orientales et européennes comme un pont entre les cultures et les femmes et hommes de paix et de bien… Symbole de cette union, le couscous, un plat pour tous décliné par Nordine en 100 recettes dans son dernier livre  « Couscous pour tous », paru récemment aux éditions Solar. Ce podcast est une invitation au voyage dans la bonne humeur, les parfums d’ailleurs et la passion du service !  Passons  à table avec Nordine !   

Sophie Nouaille

  • Livre de Nordine Labiadh : Couscous pour tous, octobre 2020, Editions Solar
  • Le restaurant « A Mi-Chemin » continue d’accueillir les clients à travers la vente à emporter et par livraison. 

Retrouvez également ce podcast sur https://ouvronslafenetre.fr/ et pour ceux qui souhaitent soutenir l’aventure de « Ouvrons la fenêtre » : https://fr.tipeee.com/podcast-ouvrons-la-fenetre

Romain Froquet, artiste urbain de la ligne et du mouvement

Magali Latry, avocat, de la loi à l'humain Ouvrons la fenêtre

  1. Magali Latry, avocat, de la loi à l'humain
  2. Dr Philippe Rodet, la bienveillance nous sauvera !
  3. Passion chocolat avec Laurence Alemanno

Le regard clair, doux mais déterminé, l’artiste que je reçois aujourd’hui et que je vous propose de découvrir, si vous ne le connaissez pas encore, voit loin et nous invite à prendre de la hauteur ! Romain Froquet, artiste-peintre urbain, coloriste, embrasse avec ses œuvres, l’humanité, à travers ses courbes, ses lignes et ses couleurs qu’il conçoit comme une écriture, dans la recherche du mouvement infini que ce soit dans son atelier en région parisienne, avec ses expositions ou sur les façades et murs du monde entier. Oui la culture est essentielle, l’art transfigure notre vie et nous interpelle comme le fait Romain Froquet en interrogeant nos existences dans nos espaces urbains et confinés. Alors, essayons, nous aussi de nous laisser  questionner dans ce nouveau podcast !

Sophie Nouaille

Pour soutenir ce podcast par votre financement collaboratif : 
https://fr.tipeee.com/podcast-ouvrons-la-fenetre

Pour en savoir plus sur Romain Froquet et ses œuvres: 
N’hésitez pas à vous connecter sur son site : https://romainfroquet.fr/  
En vidéo, pour découvrir son travail en atelier : https://youtu.be/0y9lcAGpxj4  
Suivre l’actualité de Romain Froquet sur Instagram

Photos © Romain Froquet , Jules Idrot et Sophie Nouaille

David Plantier et Giuseppe Tartini, la passion du violon

Podcast

La musique chasse la haine chez ceux qui sont sans amour. Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos, elle console ceux qui pleurent. Aimait à dire le compositeur pablo casal…Fenêtre ouverte sur un musicien et un compositeur. Je vous emmène en Italie à Padoue  avec David Plantier, premier violon, passionné du violoniste et compositeur Giuseppe Tartini, un musicien libre et audacieux du 18e siècle ! En cette année 2020, David Plantier et sa compagne Annabelle luis, violoncelliste, font revivre les premiers duos pour violon et violoncelle de l’époque baroque ! Place au beau et à ce qui nous élève ! Andiamo !  

Giuseppe Tartini – Padova

Issu d’une famille de musiciens, David Plantier débute l’apprentissage du violon à 5 ans. Après ses études de violon moderne au conservatoire de Genève, il se consacre au violon baroque à la Schola Cantorum de Bâle, dans la classe de Chiara Banchini. Depuis 2009, il est le premier violon du Concert d’Astrée dirigé par Emmanuelle Haïm, où il occupe depuis peu la fonction de conseiller artistique. Il collabore aussi régulièrement avec le Concert des Nations (Jordi Savall), Café Zimmermann et Amarillis. Avec son ensemble Les Plaisirs du Parnasse, fondé en 2003, il est invité dans les plus grands festivals en Europe et au Japon, et réalise plusieurs enregistrements, consacrés à Westhoff, Walther et Biber, tous salués par la critique internationale.

C’est un fervent défenseur de la musique de Tartini, qu’il a enregistrée pour le label agOgique, et qu’il interprète en duo avec Annabelle Luis. Cela l’encourage à concevoir le programme Continuo, Addio!, qui met en parallèle le magnifique répertoire de la Scuola delle Nazione (Tartini et ses disciples Nardini, Lahoussaye, etc.) et les premiers duos pour violon et violoncelle de l’époque baroque à l’époque romantique.   David Plantier enseigne le violon baroque à la Musik-Akademie de Bâle et joue un violon de Giovanni Battista Guadagnini de 1766. Avec le Duo Tartini, fondé en 2015 avec Annabelle Luis, il se consacre à la redécouverte du grand virtuose de Padoue et à son entourage. Trois enregistrements couronnent ce travail : « Cantabile e Suonabile », « Continuo Addio », et en 2020, année de célébration des 250 ans de la disparition Tartini, « Vertigo, les dernières sonates », paru en septembre dernier chez Muso.  

Merci à Annabelle Luis et David Plantier, un duo tellement sympathique qui a réussi cette performance incroyable d’offrir aux internautes 55 soirées musicales « apéro en musique » pendant le confinement, depuis leur salon en live sur facebook ! Une extraordinaire fenêtre ouverte sur la beauté et le plaisir musical accessible à tous !  

Le Duo Tartini, tel le duo formé à l’époque par Tartini et Vandini, se produira en concert, à la Philarmonie de Paris, le dimanche 8 novembre à 14h30 et 16h. 

Pour soutenir ce podcast, vous pouvez participer à son financement participatif sur tipeee ! https://fr.tipeee.com/podcast-ouvrons-la-fenetre

Sophie Nouaille

En vidéo…

Anne-Laure Buffet, une psy les pieds sur terre !

DR- Anne-Laure Buffet

Violence, injonctions d’aller bien et d’être positif, ne pas oser exprimer ses émotions, ambiance anxiogène avec la covid et les mesures de restrictions, je souhaitais aborder ces thèmes avec une psy qui a bien les pieds sur terre ! Anne-Laure Buffet est psychothérapeute, conférencière et formatrice spécialisée dans l’accompagnement de personnes victimes de violences psychologiques.  En 2013, elle créé l’association CVP Contre la Violence PsychologiqueSon but est d’informer et de dénoncer les violences psychologiques exercées au sein de la sphère familiale.   Elle est également l’auteure de trois livres majeurs qui font référence ! Les Mères qui blessentLes prisons familiales et dernièrement Ces séparations qui nous font grandir parus aux éditions Eyrolles

N’hésitez pas à réagir après l’écoute de ce 8ème podcast et laissez-moi vos commentaires ! Et si vous souhaitez soutenir mon travail, participez à votre mesure à la cagnotte : https://fr.tipeee.com/podcast-ouvrons-la-fenetre

Sophie Nouaille

Podcast à écouter ici ▼

Ziryab, un prix littéraire pas comme les autres !

Magali Latry, avocat, de la loi à l'humain Ouvrons la fenêtre

  1. Magali Latry, avocat, de la loi à l'humain
  2. Dr Philippe Rodet, la bienveillance nous sauvera !

Noha Baz m’avait donné rendez vous sur les quais de Seine, dans le 15ème arrondissement de Paris. Choisir le cordon bleu pour boucler l’année du prix Ziryab en beauté était une évidence  pour Noha Baz, fondatrice et présidente de ce Prix pas comme les autres!  Ce Prix est destiné à récompenser un livre francophone de gastronomie ou de cuisine, mettant en valeur une histoire de tradition régionale, familiale ou culturelle. Privilégier le bon et le beau donne des forces et vous porte et la culture est la lumière de la paix comme le rappelle si souvent Noha Baz.   Cette soirée fut donc une plongée dans les cuisines ateliers de l’institut Cordon bleu pour célébrer les mots avec les membres du jury de ce prix littéraire …

Le Cordon bleu est une institution plus que centenaire de renommée mondiale. On y vient de toute la planète pour apprendre les bases de la cuisine française, enseignées par des chefs de renoms ! Nous avons d’ailleurs été accueillis avec sympathie et simplicité par l’un deux, le directeur de cette noble maison Eric Briffard, chef étoilé au palmarès époustouflant !   Éric Briffard a la transmission chevillée au corps et au cœur, comme le rappelle Noha Baz . L’amour qu’il a pour son métier , son respect du produit et son immense talent représentent avec bonheur la France dans ce qu’elle a de meilleur   Cette soirée du prix ZiRYAB fut donc un arc en ciel  ludique, une parenthèse conviviale et joyeuse qui fait du bien ! Vive la table et les livres qui rassemblent et parole à quelque uns des membres du jury  dans ce podcast hors-série !  Merci Noha ! Merci à tous ! 

Sophie Nouaille 

N’hésitez pas à soutenir ce podcast en participant à ma cagnotte tipeee : 

Maryse Allard, ambassadrice européenne du Pojagi

Podcast à écouter ici ▼

Si je vous donne le nom de l’art textile que je vais évoquer avec mon invité, cela ne vous parlera peut être pas ! Maryse Allard Leroux que je reçois vous laissera sous le charme de cet art ancestral venu de loin…Elle nous emmène passionnément, avec elle en Corée du Sud où des femmes maitres d’art travaillent des pièces de tissus traditionnelles selon une codification bien particulière ! Maryse qui s’est emparé de cet art presque millénaire, créatrice et ambassadrice européenne de réalisations uniques, est désormais reconnues de façon à part entière par ses paires coréennes. Et c’est une histoire qui ne fait que commencer grâce à ce fameux Pojagi !

Après avoir pratiqué le patchwork pendant 25 ans et animée d’une passion permanente pour les tissus, Maryse Allard a découvert le Pojagi en 2005, d’abord grâce à un ouvrage d’une artiste coréenne vivant au Japon, Yangsook Choi. La technique du Pojagi lui est inconnue, cette transparence la fascine et elle décide de s’y initier seule. Une rencontre avec l’artiste lors d’un salon à Paris la conforte dans la technique et elle décide de continuer à explorer.De plus en plus, le Pojagi devient un axe majeur et une véritable passion. Elle  réalise son premier grand travail (« Plumes » 140×95 cm comportant plus de 150 pièces) et  le présente à son premier salon en 2013. Parmi les visiteurs, beaucoup de surprise, beaucoup d’intérêt et beaucoup de questions : personne ne connaissait cette technique et elle décide de la populariser en France au travers d’ateliers ainsi qu’en participant à des expositions, en France, en Espagne (Créativa à Madrid, Sitges), en Italie (Fili Magici, à Vinovo) mais aussi en proposant de nouvelles réalisations et grâce à des articles de presse (Pratique du Patchwork, Les Nouvelles du Patchwork)

En collaboration avec Hubert Valeri, ils écrivent un premier livre « Boutis de France » associant Pojagi et Boutis. Peu à peu, elle note de plus en plus d’intérêt pour le Pojagi. Elle est invitée à animer des ateliers de Pojagi partout en France : alors que les premiers comptaient une douzaine de participantes, sa collaboration avec l’association «France Patchwork» lui a permis de réaliser de très grands stages de Pojagi (jusqu’à 180 participantes !). Ces ateliers sont également l’occasion de présenter son travail dans plusieurs régions de France. En juin 2016, elle publie son deuxième livre « Le Pojagi – Art du patchwork coréen » qui, en plus de présenter en détail la technique, inclut des recherches sur l’histoire et la tradition coréennes. Il présente 21 Pojagis qu’elle a créés.

Le Pojagi – Art Du Patchwork Coréen
Pojagi réalisé par Maryse Allard

Chunghie Lee et le Korean Bojagi Forum (KBF) l’ont honorée à trois reprises et elle a présenté quelques réalisations en 2014 et 2016. En mai 2018, c’est en tant qu’artiste internationale et à travers une exposition solo qu’elle participe au KBF 2018 à Seoul.  Le Chojun Textile Museum de Séoul lui propose de participer à une exposition en Juin 2018 et conserve l’une de ses œuvres dans son fonds permanent. Elle continue son travail de recherche et de découverte sur la Corée, son histoire, ses traditions textiles. Cela lui permet de pouvoir faire mieux découvrir cet art en France, notamment à travers une newsletter mensuelle où elle partage ces informations et expositions visitées. En octobre 2017 et 2018,  elle participe au Korean Textile Tour organisé à Séoul par Youngmin Lee,  une artiste textile coréenne vivant aux Etats Unis. En septembre 2018, elle participe à une exposition avec des artistes coréennes (« Turkey Silk Road») dans le cadre d’un festival en Turquie où elle représente la France à travers une exposition solo également. 2018 marque l’ouverture de son travail sur l’international.

Raffinement, élégance et vertu
les femmes coréennes dans les arts et les lettres
de Song-Mi Yi
chez Autres temps

En plus de l’influence des artistes coréens, son travail personnel s’inspire de la période graphique du Bauhaus, ainsi que d’artistes tels que Sonia Delaunay, Mondrian et l’architecture «Art déco». Le Pojagi représente à la fois géométrie et élégance, ainsi que la transparence. Ses recherches continuent avec un travail sur les courbes, le design monochrome, l’approche multicolore … Elle est heureuse du succès rencontré par ses œuvres, mais elle est aussi fière de la reconnaissance des artistes coréennes : elle se sent souvent comme une ambassadrice européenne d’une technique dont elle est tombée amoureuse. Lorsqu’elle travaille dans son studio, avec ses tissus et ses projets, elle ressent comme une méditation qui l’emmène loin, un peu plus près de la Corée.

Source : Maryse Allard

Soutenez cet épisode !