Loïc Ballet et son épicerie engagée auprès des petits producteurs

Podcast :

Olivier Chenelle, paludier au service de la nature Ouvrons la fenêtre

Passionné, gourmand et militant, trois mots qui qualifient mon invité d’aujourd’hui, un jeune homme bouillonnant d’enthousiasme et d’idées. Vous le connaissez sans doute à travers le petit écran, avec son triporteur rouge et blanc, il sillonne les routes de France à la rencontre des producteurs locaux ! Chroniqueur culinaire emblématique de Télématin sur France 2, Loic Ballet souhaitait aller plus loin dans cette visibilité qu’il offre à nos territoires ! C’est désormais chose faite à travers une épicerie pas comme les autres, L’Epicerie de Loic.B, qu’il a ouverte il y a quelques mois dans le 11e arrondissement de Paris avec Elodie, son associée.  Mettons nous à table dans la bonne humeur ! C’est l’heure de grignoter au 7 rue Sedaine ! Nous avons grand besoin de lieu chaleureux comme celui-ci ! 

Sophie Nouaille

Pour soutenir mon aventure du podcast « Ouvrons la fenêtre » , vous pouvez contribuer à son financement participatif sur  https://fr.tipeee.com/podcast-ouvrons-la-fenetre

David Plantier et Giuseppe Tartini, la passion du violon

Podcast

La musique chasse la haine chez ceux qui sont sans amour. Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos, elle console ceux qui pleurent. Aimait à dire le compositeur pablo casal…Fenêtre ouverte sur un musicien et un compositeur. Je vous emmène en Italie à Padoue  avec David Plantier, premier violon, passionné du violoniste et compositeur Giuseppe Tartini, un musicien libre et audacieux du 18e siècle ! En cette année 2020, David Plantier et sa compagne Annabelle luis, violoncelliste, font revivre les premiers duos pour violon et violoncelle de l’époque baroque ! Place au beau et à ce qui nous élève ! Andiamo !  

Giuseppe Tartini – Padova

Issu d’une famille de musiciens, David Plantier débute l’apprentissage du violon à 5 ans. Après ses études de violon moderne au conservatoire de Genève, il se consacre au violon baroque à la Schola Cantorum de Bâle, dans la classe de Chiara Banchini. Depuis 2009, il est le premier violon du Concert d’Astrée dirigé par Emmanuelle Haïm, où il occupe depuis peu la fonction de conseiller artistique. Il collabore aussi régulièrement avec le Concert des Nations (Jordi Savall), Café Zimmermann et Amarillis. Avec son ensemble Les Plaisirs du Parnasse, fondé en 2003, il est invité dans les plus grands festivals en Europe et au Japon, et réalise plusieurs enregistrements, consacrés à Westhoff, Walther et Biber, tous salués par la critique internationale.

C’est un fervent défenseur de la musique de Tartini, qu’il a enregistrée pour le label agOgique, et qu’il interprète en duo avec Annabelle Luis. Cela l’encourage à concevoir le programme Continuo, Addio!, qui met en parallèle le magnifique répertoire de la Scuola delle Nazione (Tartini et ses disciples Nardini, Lahoussaye, etc.) et les premiers duos pour violon et violoncelle de l’époque baroque à l’époque romantique.   David Plantier enseigne le violon baroque à la Musik-Akademie de Bâle et joue un violon de Giovanni Battista Guadagnini de 1766. Avec le Duo Tartini, fondé en 2015 avec Annabelle Luis, il se consacre à la redécouverte du grand virtuose de Padoue et à son entourage. Trois enregistrements couronnent ce travail : « Cantabile e Suonabile », « Continuo Addio », et en 2020, année de célébration des 250 ans de la disparition Tartini, « Vertigo, les dernières sonates », paru en septembre dernier chez Muso.  

Merci à Annabelle Luis et David Plantier, un duo tellement sympathique qui a réussi cette performance incroyable d’offrir aux internautes 55 soirées musicales « apéro en musique » pendant le confinement, depuis leur salon en live sur facebook ! Une extraordinaire fenêtre ouverte sur la beauté et le plaisir musical accessible à tous !  

Le Duo Tartini, tel le duo formé à l’époque par Tartini et Vandini, se produira en concert, à la Philarmonie de Paris, le dimanche 8 novembre à 14h30 et 16h. 

Pour soutenir ce podcast, vous pouvez participer à son financement participatif sur tipeee ! https://fr.tipeee.com/podcast-ouvrons-la-fenetre

Sophie Nouaille

En vidéo…

Anne-Laure Buffet, une psy les pieds sur terre !

DR- Anne-Laure Buffet

Violence, injonctions d’aller bien et d’être positif, ne pas oser exprimer ses émotions, ambiance anxiogène avec la covid et les mesures de restrictions, je souhaitais aborder ces thèmes avec une psy qui a bien les pieds sur terre ! Anne-Laure Buffet est psychothérapeute, conférencière et formatrice spécialisée dans l’accompagnement de personnes victimes de violences psychologiques.  En 2013, elle créé l’association CVP Contre la Violence PsychologiqueSon but est d’informer et de dénoncer les violences psychologiques exercées au sein de la sphère familiale.   Elle est également l’auteure de trois livres majeurs qui font référence ! Les Mères qui blessentLes prisons familiales et dernièrement Ces séparations qui nous font grandir parus aux éditions Eyrolles

N’hésitez pas à réagir après l’écoute de ce 8ème podcast et laissez-moi vos commentaires ! Et si vous souhaitez soutenir mon travail, participez à votre mesure à la cagnotte : https://fr.tipeee.com/podcast-ouvrons-la-fenetre

Sophie Nouaille

Podcast à écouter ici ▼

Maryse Allard, ambassadrice européenne du Pojagi

Podcast à écouter ici ▼

Si je vous donne le nom de l’art textile que je vais évoquer avec mon invité, cela ne vous parlera peut être pas ! Maryse Allard Leroux que je reçois vous laissera sous le charme de cet art ancestral venu de loin…Elle nous emmène passionnément, avec elle en Corée du Sud où des femmes maitres d’art travaillent des pièces de tissus traditionnelles selon une codification bien particulière ! Maryse qui s’est emparé de cet art presque millénaire, créatrice et ambassadrice européenne de réalisations uniques, est désormais reconnues de façon à part entière par ses paires coréennes. Et c’est une histoire qui ne fait que commencer grâce à ce fameux Pojagi !

Après avoir pratiqué le patchwork pendant 25 ans et animée d’une passion permanente pour les tissus, Maryse Allard a découvert le Pojagi en 2005, d’abord grâce à un ouvrage d’une artiste coréenne vivant au Japon, Yangsook Choi. La technique du Pojagi lui est inconnue, cette transparence la fascine et elle décide de s’y initier seule. Une rencontre avec l’artiste lors d’un salon à Paris la conforte dans la technique et elle décide de continuer à explorer.De plus en plus, le Pojagi devient un axe majeur et une véritable passion. Elle  réalise son premier grand travail (« Plumes » 140×95 cm comportant plus de 150 pièces) et  le présente à son premier salon en 2013. Parmi les visiteurs, beaucoup de surprise, beaucoup d’intérêt et beaucoup de questions : personne ne connaissait cette technique et elle décide de la populariser en France au travers d’ateliers ainsi qu’en participant à des expositions, en France, en Espagne (Créativa à Madrid, Sitges), en Italie (Fili Magici, à Vinovo) mais aussi en proposant de nouvelles réalisations et grâce à des articles de presse (Pratique du Patchwork, Les Nouvelles du Patchwork)

En collaboration avec Hubert Valeri, ils écrivent un premier livre « Boutis de France » associant Pojagi et Boutis. Peu à peu, elle note de plus en plus d’intérêt pour le Pojagi. Elle est invitée à animer des ateliers de Pojagi partout en France : alors que les premiers comptaient une douzaine de participantes, sa collaboration avec l’association «France Patchwork» lui a permis de réaliser de très grands stages de Pojagi (jusqu’à 180 participantes !). Ces ateliers sont également l’occasion de présenter son travail dans plusieurs régions de France. En juin 2016, elle publie son deuxième livre « Le Pojagi – Art du patchwork coréen » qui, en plus de présenter en détail la technique, inclut des recherches sur l’histoire et la tradition coréennes. Il présente 21 Pojagis qu’elle a créés.

Le Pojagi – Art Du Patchwork Coréen
Pojagi réalisé par Maryse Allard

Chunghie Lee et le Korean Bojagi Forum (KBF) l’ont honorée à trois reprises et elle a présenté quelques réalisations en 2014 et 2016. En mai 2018, c’est en tant qu’artiste internationale et à travers une exposition solo qu’elle participe au KBF 2018 à Seoul.  Le Chojun Textile Museum de Séoul lui propose de participer à une exposition en Juin 2018 et conserve l’une de ses œuvres dans son fonds permanent. Elle continue son travail de recherche et de découverte sur la Corée, son histoire, ses traditions textiles. Cela lui permet de pouvoir faire mieux découvrir cet art en France, notamment à travers une newsletter mensuelle où elle partage ces informations et expositions visitées. En octobre 2017 et 2018,  elle participe au Korean Textile Tour organisé à Séoul par Youngmin Lee,  une artiste textile coréenne vivant aux Etats Unis. En septembre 2018, elle participe à une exposition avec des artistes coréennes (« Turkey Silk Road») dans le cadre d’un festival en Turquie où elle représente la France à travers une exposition solo également. 2018 marque l’ouverture de son travail sur l’international.

Raffinement, élégance et vertu
les femmes coréennes dans les arts et les lettres
de Song-Mi Yi
chez Autres temps

En plus de l’influence des artistes coréens, son travail personnel s’inspire de la période graphique du Bauhaus, ainsi que d’artistes tels que Sonia Delaunay, Mondrian et l’architecture «Art déco». Le Pojagi représente à la fois géométrie et élégance, ainsi que la transparence. Ses recherches continuent avec un travail sur les courbes, le design monochrome, l’approche multicolore … Elle est heureuse du succès rencontré par ses œuvres, mais elle est aussi fière de la reconnaissance des artistes coréennes : elle se sent souvent comme une ambassadrice européenne d’une technique dont elle est tombée amoureuse. Lorsqu’elle travaille dans son studio, avec ses tissus et ses projets, elle ressent comme une méditation qui l’emmène loin, un peu plus près de la Corée.

Source : Maryse Allard

Soutenez cet épisode !

Florence Euverte, passionnée d’écriture collaborative

Podcast

Olivier Chenelle, paludier au service de la nature Ouvrons la fenêtre

Saliculteur, ornithologue, naturaliste, Olivier Chenelle nous emporte avec lui dans une aventure autour du sel et de la nature ! Ce morbihannais d'adoption, plein de sagesse et très réaliste, réhabilite depuis 5 ans une saline sur la Presqu'ile de Rhuys, non loin de Sarzeau, au bord du Golfe du Morbihan. Mais plus qu'un travail, c'est une véritable passion qui l'anime, une mission même, en tout cas un sentiment fort de se sentir utile et d'avoir une action positive sur son environnement ! A travers ses propos, il nous fait comprendre que l'être humain, souvent considéré comme nuisible pour son environnement, peut laisser une empreinte positive ! Maillon de la chaine de la vie, il peut et doit collaborer avec la nature dont la richesse est intrinsèque.  La saliculture est intimement liée à l'histoire du Morbihan et notamment de la Presqu'ile de Rhuys. Elle remonte au XVe siècle ! Mais la modernité a bien failli faire disparaitre l'exploitation des marais salants ! Il aura fallu des hommes et des femmes déterminés, comme Olivier Chenelle, pour redonner vie à la saliculture artisanale. Au-delà de la production du sel, les marais sont un véritable outil pédagogique pour apprendre comment fonctionne un écosystème. Olivier Chenelle aime partager ses connaissances ! Pour ceux qui ont la chance de découvrir ce lieu emprunt de sérénité, ils repartiront enrichis et enseignés.  Des explications écrites à la craie sur des ardoises guident les visiteurs, donnent des indications sur le fonctionnement de la saline, des précisions sur la faune et la flore incroyablement riche sur ce site !  Olivier Chenelle est profondément persuadé que l'Homme a toute sa place dans la nature car il fait partie d'un tout ! Son engagement quotidien le prouve. Sa belle et fastidieuse aventure est une leçon de vie que je vous invite à découvrir à travers ce podcast !  Merci à Olivier pour le temps qu'il m'a accordé ! Pour en savoir plus sur ce marais salant, le travail de paludiervous pouvez également consulter son blog : http://salinedesarzeau.fr/ Connectez-vous également sur mon site pour découvrir les photos de la saline : https://ouvronslafenetre.fr/ Sophie Nouaille  Pour soutenir ce podcast, vous pouvez participer à son financement participatif sur tipeee ! https://fr.tipeee.com/podcast-ouvrons-la-fenetre 
  1. Olivier Chenelle, paludier au service de la nature
  2. Anne-Laure Buffet : la violence, symptôme d’une société déconstruite ?
  3. Podcast Hors Série Douceur et émerveillement
  4. Charlotte Savreux – Et si 2021 était l'année du déclic ?
  5. L’abbaye de saint-Martin du Bourg, le projet fou d’Arnaud Bachelin

Après avoir longtemps suivi deux voies parallèles qui ne se rencontraient pas : l’écriture de romans d’un côté, la gestion des ventes chez des éditeurs de logiciels de l’autre, Florence Euverte a réuni sa passion de l’écrit et son intérêt pour les nouvelles technologies en co-fondant INEDITS, st art-up de l’édition. Pour innover dans l’écriture, et  en exploiter ses bienfaits,  en y associant le potentiel de l’intelligence collective, Florence et son associée ont développé une plateforme d’écriture collaborative : les Arbres Inédits étaient nés ! Le principe est simple ! Faire de l’écriture une aventure collective ! Inspirés par les cadavres exquis, les Arbres Inédits invitent leurs utilisateurs à planter un début de récit pour dérouler plusieurs suites. Grâce à l’arborescence, chaque contribution peut donner naissance à une nouvelle branche. Les participants peuvent ainsi rebondir sur les idées des autres et faire avancer le récit, ce qui démultiplie la créativité collective ! Auteurs, écoles, familles, entreprises, tout le monde peut s’y mettre !  N’hésitez pas à contacter Florence via son site internet !  Découvrez comment fonctionne la plateforme d’écriture collaborative : https://player.vimeo.com/video/343030395

Soutenez cet épisode !

Noha Baz, une femme à la joie contagieuse !

Podcast

Olivier Chenelle, paludier au service de la nature Ouvrons la fenêtre

Saliculteur, ornithologue, naturaliste, Olivier Chenelle nous emporte avec lui dans une aventure autour du sel et de la nature ! Ce morbihannais d'adoption, plein de sagesse et très réaliste, réhabilite depuis 5 ans une saline sur la Presqu'ile de Rhuys, non loin de Sarzeau, au bord du Golfe du Morbihan. Mais plus qu'un travail, c'est une véritable passion qui l'anime, une mission même, en tout cas un sentiment fort de se sentir utile et d'avoir une action positive sur son environnement ! A travers ses propos, il nous fait comprendre que l'être humain, souvent considéré comme nuisible pour son environnement, peut laisser une empreinte positive ! Maillon de la chaine de la vie, il peut et doit collaborer avec la nature dont la richesse est intrinsèque.  La saliculture est intimement liée à l'histoire du Morbihan et notamment de la Presqu'ile de Rhuys. Elle remonte au XVe siècle ! Mais la modernité a bien failli faire disparaitre l'exploitation des marais salants ! Il aura fallu des hommes et des femmes déterminés, comme Olivier Chenelle, pour redonner vie à la saliculture artisanale. Au-delà de la production du sel, les marais sont un véritable outil pédagogique pour apprendre comment fonctionne un écosystème. Olivier Chenelle aime partager ses connaissances ! Pour ceux qui ont la chance de découvrir ce lieu emprunt de sérénité, ils repartiront enrichis et enseignés.  Des explications écrites à la craie sur des ardoises guident les visiteurs, donnent des indications sur le fonctionnement de la saline, des précisions sur la faune et la flore incroyablement riche sur ce site !  Olivier Chenelle est profondément persuadé que l'Homme a toute sa place dans la nature car il fait partie d'un tout ! Son engagement quotidien le prouve. Sa belle et fastidieuse aventure est une leçon de vie que je vous invite à découvrir à travers ce podcast !  Merci à Olivier pour le temps qu'il m'a accordé ! Pour en savoir plus sur ce marais salant, le travail de paludiervous pouvez également consulter son blog : http://salinedesarzeau.fr/ Connectez-vous également sur mon site pour découvrir les photos de la saline : https://ouvronslafenetre.fr/ Sophie Nouaille  Pour soutenir ce podcast, vous pouvez participer à son financement participatif sur tipeee ! https://fr.tipeee.com/podcast-ouvrons-la-fenetre 
  1. Olivier Chenelle, paludier au service de la nature
  2. Anne-Laure Buffet : la violence, symptôme d’une société déconstruite ?
  3. Podcast Hors Série Douceur et émerveillement
  4. Charlotte Savreux – Et si 2021 était l'année du déclic ?
  5. L’abbaye de saint-Martin du Bourg, le projet fou d’Arnaud Bachelin

Soutenez cet épisode !

Pédiatre, gastronome par passion, Noha Baz a fondé il y a 20 ans l’association Les Petits Soleils, qui assure des soins gratuits aux enfants défavorisés vivant au Liban. Membre de l’Académie européenne de pédiatrie, médecin expert pour Puressentiel, elle est également à l’origine du prix littéraire Ziryab, qu’elle a créé en 2013 et qui récompense chaque année une œuvre littéraire consacrée aux plaisirs de la table et à la célébration des produits de la nature.   Considérée comme l’une des femmes les plus influentes du Liban, et les plus inspirantes au monde, elle s’est raconté pour la première fois dans un livre touchant Il n’y a pas de honte à préférer le bonheur.  

Riche de sa double culture et de sa passion pour la vie, elle publie plusieurs livres :

📕La Recette d’où je viens  – Éditions L’orient Des Livres, novembre 2018  

📕La Nuit de la Pistache – Alep, souvenirs et gourmandises – Éditions Noir Blanc Et Caetera mai 2019

📕Il n’y a pas de honte à préférer le bonheur – Editions Alisio, octobre 2019

Le Zaatar, dix façons de le préparer- Éditions de l’Epure, octobre 2019

A paraître :  

📕La Grenade, dix façons de la préparer – Éditions de l’Epure, octobre 2020 

🔎Pour en savoir plus sur l’association Les Petits soleils : page facebook 

Danielle Michel-Chich, une femme engagée !

Danielle Michel-Chich est journaliste, écrivain, essayiste…

Grande voyageuse, c’est avant tout une femme engagée et féministe active qui a une parole libre : impliquée pendant de nombreuses années à la Maison des Femmes de Montreuil , Danielle est actuellement Présidente de Femmes Monde dont l’objectif est de promouvoir la présence des femmes dans divers domaines et sur la façon dont elles contribuent à la civilisation.

Elle est également co-présidente de Femmes pour le Dire-Femmes pour Agir, une association qui réunit en priorité des femmes en situation de handicap et qui lutte contre la double discrimination.

On peut citer les deux derniers ouvrages de Danielle :

➡️Lettre à Zohra D. (Editions Flammarion 2012)

➡️Je est une autre ( Editions du Retour, mars 2020)

Olivier Chenelle, paludier au service de la nature Ouvrons la fenêtre

Saliculteur, ornithologue, naturaliste, Olivier Chenelle nous emporte avec lui dans une aventure autour du sel et de la nature ! Ce morbihannais d'adoption, plein de sagesse et très réaliste, réhabilite depuis 5 ans une saline sur la Presqu'ile de Rhuys, non loin de Sarzeau, au bord du Golfe du Morbihan. Mais plus qu'un travail, c'est une véritable passion qui l'anime, une mission même, en tout cas un sentiment fort de se sentir utile et d'avoir une action positive sur son environnement ! A travers ses propos, il nous fait comprendre que l'être humain, souvent considéré comme nuisible pour son environnement, peut laisser une empreinte positive ! Maillon de la chaine de la vie, il peut et doit collaborer avec la nature dont la richesse est intrinsèque.  La saliculture est intimement liée à l'histoire du Morbihan et notamment de la Presqu'ile de Rhuys. Elle remonte au XVe siècle ! Mais la modernité a bien failli faire disparaitre l'exploitation des marais salants ! Il aura fallu des hommes et des femmes déterminés, comme Olivier Chenelle, pour redonner vie à la saliculture artisanale. Au-delà de la production du sel, les marais sont un véritable outil pédagogique pour apprendre comment fonctionne un écosystème. Olivier Chenelle aime partager ses connaissances ! Pour ceux qui ont la chance de découvrir ce lieu emprunt de sérénité, ils repartiront enrichis et enseignés.  Des explications écrites à la craie sur des ardoises guident les visiteurs, donnent des indications sur le fonctionnement de la saline, des précisions sur la faune et la flore incroyablement riche sur ce site !  Olivier Chenelle est profondément persuadé que l'Homme a toute sa place dans la nature car il fait partie d'un tout ! Son engagement quotidien le prouve. Sa belle et fastidieuse aventure est une leçon de vie que je vous invite à découvrir à travers ce podcast !  Merci à Olivier pour le temps qu'il m'a accordé ! Pour en savoir plus sur ce marais salant, le travail de paludiervous pouvez également consulter son blog : http://salinedesarzeau.fr/ Connectez-vous également sur mon site pour découvrir les photos de la saline : https://ouvronslafenetre.fr/ Sophie Nouaille  Pour soutenir ce podcast, vous pouvez participer à son financement participatif sur tipeee ! https://fr.tipeee.com/podcast-ouvrons-la-fenetre 
  1. Olivier Chenelle, paludier au service de la nature
  2. Anne-Laure Buffet : la violence, symptôme d’une société déconstruite ?
  3. Podcast Hors Série Douceur et émerveillement
  4. Charlotte Savreux – Et si 2021 était l'année du déclic ?
  5. L’abbaye de saint-Martin du Bourg, le projet fou d’Arnaud Bachelin

Arnaud Bachelin ou la passion du thé et de l’histoire !

Podcast :

Olivier Chenelle, paludier au service de la nature Ouvrons la fenêtre

Saliculteur, ornithologue, naturaliste, Olivier Chenelle nous emporte avec lui dans une aventure autour du sel et de la nature ! Ce morbihannais d'adoption, plein de sagesse et très réaliste, réhabilite depuis 5 ans une saline sur la Presqu'ile de Rhuys, non loin de Sarzeau, au bord du Golfe du Morbihan. Mais plus qu'un travail, c'est une véritable passion qui l'anime, une mission même, en tout cas un sentiment fort de se sentir utile et d'avoir une action positive sur son environnement ! A travers ses propos, il nous fait comprendre que l'être humain, souvent considéré comme nuisible pour son environnement, peut laisser une empreinte positive ! Maillon de la chaine de la vie, il peut et doit collaborer avec la nature dont la richesse est intrinsèque.  La saliculture est intimement liée à l'histoire du Morbihan et notamment de la Presqu'ile de Rhuys. Elle remonte au XVe siècle ! Mais la modernité a bien failli faire disparaitre l'exploitation des marais salants ! Il aura fallu des hommes et des femmes déterminés, comme Olivier Chenelle, pour redonner vie à la saliculture artisanale. Au-delà de la production du sel, les marais sont un véritable outil pédagogique pour apprendre comment fonctionne un écosystème. Olivier Chenelle aime partager ses connaissances ! Pour ceux qui ont la chance de découvrir ce lieu emprunt de sérénité, ils repartiront enrichis et enseignés.  Des explications écrites à la craie sur des ardoises guident les visiteurs, donnent des indications sur le fonctionnement de la saline, des précisions sur la faune et la flore incroyablement riche sur ce site !  Olivier Chenelle est profondément persuadé que l'Homme a toute sa place dans la nature car il fait partie d'un tout ! Son engagement quotidien le prouve. Sa belle et fastidieuse aventure est une leçon de vie que je vous invite à découvrir à travers ce podcast !  Merci à Olivier pour le temps qu'il m'a accordé ! Pour en savoir plus sur ce marais salant, le travail de paludiervous pouvez également consulter son blog : http://salinedesarzeau.fr/ Connectez-vous également sur mon site pour découvrir les photos de la saline : https://ouvronslafenetre.fr/ Sophie Nouaille  Pour soutenir ce podcast, vous pouvez participer à son financement participatif sur tipeee ! https://fr.tipeee.com/podcast-ouvrons-la-fenetre 
  1. Olivier Chenelle, paludier au service de la nature
  2. Anne-Laure Buffet : la violence, symptôme d’une société déconstruite ?
  3. Podcast Hors Série Douceur et émerveillement
  4. Charlotte Savreux – Et si 2021 était l'année du déclic ?
  5. L’abbaye de saint-Martin du Bourg, le projet fou d’Arnaud Bachelin

Il a grandi dans le Morvan où la nature et les vieilles pierres peuplaient déjà son univers.Cet amoureux des belles choses se dirige tout naturellement vers des études d’archéologie botanique.Eh oui cela existe.  Arnaud Bachelin a découvert le thé dans son enfance et y consacre désormais une partie de sa vie ! Il est devenu une référence en la matière tant son expertise est appréciée et reconnue dans le monde du thé et de la gastronomie. Voyageur à l’image de ce grand aventurier  botaniste écossais, Robert Fortune, il nous emmène avec lui dans les jardins chinois, sur les pentes des plantations, au cœur des senteurs et des saveurs des théiers…Arnaud Bachelln vient de publier un nouveau livre, aux éditions L’épure « Manuel pour s’initier au thé naturel ». Parallèlement à cette passion, ce jeune archéologue du thé, fidèle à sa région d’origine et à son patrimoine a fait l’acquisition d’un ancien édifice roman du 12e siècle à Avallon, dans l’Yonne avec le projet de réhabiliter cette abbaye et d’en faire un lieu phare. 

Thé-ritoires se situe 5, rue de Condé – 75006 Paris
Ouvert du mardi au dimanche de 11h30 à 19h30
Site web : Thé-ritoires
Pour en savoir plus sur le projet de l’Abbaye de saint Martin du Bourg: https://www.saintmartindubourg.com